Accueil / Transport /

Première expérimentation de la e-CMR internationale

, par Luc Battais

La FNTR vient d’annoncer la mise en route d’un premier pilote transfrontalier de dématérialisation de la CMR avec la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas utilisant la technologie Transfollow. En France la lettre de voiture de transport routier est dématérialisable depuis 2017.

Un projet pilote basé sur la solution Transfollow a été mis en place sur les mois de février et mars 2019 à l’initiative de la FNTR avec ses homologues britanniques (FTA) et hollandais (TLN/Beurtvaartadres).

Il marque le début d’une expérimentation transfrontalière intégrant la technologie Transfollow pour le transport de marchandises par route.
Transfollow est une société néerlandaise fournissant les services d’une plateforme collaborative qui a signé un partenariat avec l’IRU ( International road union) l’organisation internationale du transport routier, en vue de mettre en œuvre le standard e-CMR.

Convention des Nations Unies, ratifiée par 55 pays en Europe, au Moyen Orient et en Afrique du Nord ainsi qu’en Asie Centrale, la CMR est depuis 1976 la lettre de voiture du transport international de marchandises par route.

Etablie entre un expéditeur, une entreprise de transport et un destinataire c’est un document officiel qui doit obligatoirement accompagner l’expédition de marchandises. Il atteste du contrat de transport et permet au conducteur de savoir ce qu’il doit charger et livrer.

Compte tenu des nombreuses avancées technologiques en matières d’échanges d’informations par voie électronique et de dématérialisation, les gouvernements ont adopté en 2008 un protocole additionnel à la convention CMR, entré en vigueur en 2011, permettant de dématérialiser ce document papier.
Ce protocole a été signé par la Belgique, la Bulgarie, l’Espagne, la Lettonie, la Lituanie, les Pays Bas, la République Tchèque et la Suisse.

Dématérialisation standardisée

Sur le terrain, le nouveau standard a été lancé Officiellement le 2 mars 2018 par les Nations Unies à l’occasion d’une session spéciale du groupe transport de l’UNECE (United Nations Economic Commission for Europe). Le pilote qui vient d’être lancé est donc l’étape ultime d’un processus engagé il y a plusieurs années.

La vertu principale du projet est de donner aux opérateurs un système dématérialisé standardisé et donc interopérable

Selon la FNTR en effet, jusqu’alors un opérateur de transport pouvait être amené à utiliser différents services pour créer et gérer une CMR.
Mais la trop grande hétérogénéité de ces services utilisés par les différents acteurs du transport international coopérant entre eux limitait la capacité du secteur à profiter des nouvelles technologies.

Avec la CMR électronique, les expéditeurs et les opérateurs de transports, peuvent agir, stocker et échanger des informations logistiques d’une manière sécurisée et en temps réel, au sein de la chaine logistique.

Information légale, information logistique

L’enregistrement en temps réel des données permet aux utilisateurs de recevoir les informations sur les marchandises transportées de manière instantanée, pour que des actions éventuelles, telles qu’initier une procédure légale, facturer voire même engager des actions dans le cadre de dommages à la marchandise lors de la livraison, puissent être prises plus rapidement, plus efficacement et au moindre coût.

Le passage au numérique permet de réduire l’impact environnemental des échanges de marchandises, en utilisant moins de papier et en fournissant des informations permettant d’améliorer la chaîne logistique.
Cela permet aussi de réduire les erreurs humaines potentielles et d’être utilisée sur différentes plateformes multi-langues dans le cadre d’une application internationale.

La prochaine étape du projet, qui consiste en l’évaluation du protocole additionnel e-CMR par le Royaume-Uni pour le ratifier, pourrait être effective d’ici fin 2019.

Sous l’égide du Département des Transports britannique, de la FNTR, de FTA et de TLN/Beurtvaartadres, les entreprises ayant participé à cette expérimentation sont les Transports FIOLET pour la France, Brian Yeardley Continental pour le Royaume-Uni et International Road Ferry pour les Pays-Bas.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 177 - Juin / Juillet 2019

Stratégies Logistique n°177 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.