Accueil / Environnement /

G7 environnement, un sommet "inclusif"

, par Luc Battais

Réunis à Metz en mai avant les chef d’états en août à Biarritz, les ministres de l’Environnement du G7 et quelques autres ont précisé leur stratégie à l’horizon 2030 : la lutte contre les inégalités par la protection de la biodiversité et du climat. La démarche sera "inclusive" pour atteindre de objectifs sociaux mais elle sera aussi menée en "stimulant la croissance économique et l’innovation".

Dans la perspective du Sommet du G7 de Biarritz qui aura lieu du 24 au 26 août 2019 avec les Chefs d’État et de Gouvernement des sept pays membres (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) et l’Union Européenne, une réunion ministérielle G7 de l’environnement s’est tenue les 5 et 6 mai à Metz. Aux membres du G7 se sont joints le Chili, les Fidji, le Gabon, le Mexique, le Niger et la Norvège.

Profession de foi

Le Gouvernement a choisi de faire de la lutte contre les inégalités le thème central de sa présidence du G7, les ministre de l’environnement réunis à Metz, aussi.
Leurs travaux ont été placés sous le signes de la "lutte contre les inégalités par la protection de la biodiversité et du climat".Le communiqué publié à l’issue de la réunion ministérielle met l’accent sur "l’inclusivité".

Comme la plupart des documents de ce type c’est un acte de foi qui débute par la formule "Nous les ministres de l’Environnement du G7 et le Membre de la Commission européenne chargé de l’environnement [...]". Il s’étire ensuite en une cinquantaine d’articles sur une grosse dizaine de pages.
C’est long mais il est peut être utile ne pas en négliger la lecture car le document n’est pas vide de sens.

A l’évidence les ministres qui ont par ailleurs signé à Metz une charte sur la biodiversité ne sont pas restés sourds aux inquiétudes des habitants de la planète.

Pouvoir veiller au grain

Compte tenu de la mobilisation grandissante de ces derniers, les membres du G7 ne pouvaient pas en pas entendre. Et c’est plutôt de bon augure pour la suite.

Car l’expérience a montré, notamment avec la mise en place de réglementation récente sur la RSE, que sous la pression des citoyens-consommateurs des conventions internationales peuvent naître des déclarations d’intention pour déboucher sur des normes qui retombent ensuite en pluies de réglementations nationales plus ou moins fines, plus ou moins cohérentes, mais qui constituent de facto autant de leviers donnés au citoyen pour veiller au grain et agir.

Les supply-chain sont concernées pour au moins deux raisons. D’abord parce qu’à peu près tous les axes de changement évoqués par les ministres réunis à Metz, sont de nature à modifier sensiblement leur organisation en matière de gestion des approvisionnements, de l’énergie, des compétences, des risques, en matière de finance, d’organisation.
En second lieu parce qu’en France le législateur semble décider à s’appuyer sur elles pour rendre systémiques dans l’ensemble de l’économie ses réformes environnementales et sociétales à l’instar de la loi de 2017 sur le devoir de vigilance.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 176 - Avril / Mai 2019

Stratégies Logistique n°176 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.