Accueil / L’invité /

Ronan Le Corre

Directeur supply chain de Système U Ouest

, par Gilles Solard

« La GMA est une invention de prestataire »
Ronan Le Corre est directeur supply chain de Système U Ouest. Il revient ici sur les grands thèmes de la logistique dans la grande distribution : mécanisation, technologie vocale, GMA. Ronan Le Corre semble a priori tourner le dos aux modes comme la GMA mais certainement pas aux technologies qui apportent un vrai plus dans les entrepôts. Mais la GMA est-elle un outil conceptuel comme il l’affirme ? Réagissez si vous n’êtes pas d’accord…

Stratégies Logistique : « Décrivez-nous votre parc d’entrepôts aujourd’hui ? »
Ronan Le Corre : "Pour Système U Ouest, le parc est de 10 entrepôts développant une surface de 450 000 m² avec un effectif d’environ 2 000 personnes, dont 150 à 300 personnes par site. On y traite l’ensemble des gammes de produits : produits frais (fruits et légumes, boucherie, poissonnerie…), produits secs et le non alimentaire qui dessert aussi la région Nord-Ouest, n’ayant pas la taille critique pour disposer un entrepôt en propre. Et depuis trois ans, on est prestataire de l’ensemble des régions pour la partie textile et le bazar (brun, blanc).
Les entrepôts réceptionnent 6 millions de palettes à l’année, ce qui représente 250 millions de colis détail avec 1,1 colis à la ligne de commande.
Nos entrepôts sont zéro papier avec un TMS (transport management system) et un WMS (logiciel d’entreposage) et ils sont pilotés à la radio sur l’ensemble des process : réception, préparation, déplacement, inventaire et expédition. Deux de nos entrepôts sont automatisés avec des chaînes de tri. Le premier est un entrepôt de surgelés dont nous venons de changer la chaîne de tri pour augmenter sa capacité. Le trieur est en froid positif. Et nous avons mis en place une chaîne de tri sur la partie textile sur l’entrepôt des Herbiers pour gagner de la place et minimiser les déplacements.« Stratégies Logistique : »Quelle est votre conception de la mécanisation ?« _ Ronan Le Corre : »On a pas pour l’instant vu l’intérêt de la mécanisation sur les entrepôts classiques. Avec elle, il faut injecter le produit puis le prélever en sortie. Cela fait deux manipulations alors qu’il n’y en a qu’une dans un système classique. On préfère parler de gain de productivité qui ne concerne pas seulement le préparateur mais aussi son environnement. Dans une préparation classique, un opérateur passe 50% de son temps à se déplacer, 20% de son temps à des tâches diverses et 30% de son temps à prélever. Comment améliorer ces tâches à non valeur ajoutée ? Les dépalettiseurs pour les chantiers d’éclatement ont un intérêt économique. Ensuite, on a incité les magasins a acheter à la demi-palette pour des produits à forte saisonnalité plutôt qu’un prélèvement au colis. Avec des chariots à pinces, on peut couper les palettes de fruits et légumes en deux et nous faisons une ristourne logistique auprès des magasins ce qui les incite à continuer. Tout le monde est gagnant puisque en pleine saison, on manipule 10% à 15% de colis en moins avec cette pratique. La mécanisation peut répondre à une vraie diminution de la pénibilité.« Stratégies Logistique : »Vous dites que vous voulez sortir de la technologie vocale ?« _ Ronan Le Corre : »La radio a quelque chose d’extrêmement bon dans plusieurs sens. Quand elle a été mise en place chez Système U Ouest, ça a été très rapide parce que les salariés se sont sentis valorisés. On mettait de la haute technologie au service des opérateurs et c’était une vraie reconnaissance. Aujourd’hui, on a été au bout du vocal puisque nous sommes parmi les plus avancés. On a été jusqu’à supprimer nos inventaires annuels avec la reconnaissance de nos commissaires aux comptes. Les inventaires sont aujourd’hui en temps réel. Mais il est temps de dépasser cette technologie pour aller vers du « pick to light », par exemple. « Stratégies Logistique : »Vous tournez également le dos aux modes. Vous n’avez par exemple peu de GPA…« _ Ronan Le Corre : »La GPA, la GMA ou les centres de consolidation sont des modes édictées par les grands groupes de distribution intégrés. Avec 8% à 10% de parts de marché, nous n’avons pas forcément le même poids mais nous devons être malins pour être globalement au même prix. Si la GPA a un intérêt pour diminuer nos stocks et ne pas être pieds et mains liés avec un industriel, nous y allons. Mais on s’aperçoit que lorsqu’on débranche la GPA, on arrive à être plus performant. Cela nous alerte. Il faut donc traiter au cas par cas, selon le vrai pilotage de l’industriel. Le problème est que nous ne sommes pas conceptuels mais opérationnels et pragmatiques. Je n’ai jamais vu une GMA apportant le moindre kopec à la grande distribution. C’est une invention de prestataire. C’est soi-disant une augmentation de la qualité de services et une diminution des stocks mais jamais un gain en termes de coûts pour le distributeur. Ce n’est pas mesuré et ça reste conceptuel."

Votre question

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Vous
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Sur le même sujet

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 179 - octobre / novembre 2019

Stratégies Logistique n°179 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.