Accueil / Environnement /

Logistique urbaine : et si la voiture mutualisée autonome changeait la donne ?

, par Erick Demangeon

Jusqu’à présent les recherches en logistique urbaine se concentrent sur l’optimisation des flux de marchandises en ville. A travers son étude sur les véhicules autonomes, Roland Berger ouvre de nouveaux champs de réflexion.

Quelles conséquences sur la mobilité urbaine aurait le déploiement massif de robots-taxis et de minibus autonomes électriques pour le déplacement des personnes ?
Pour y répondre le cabinet Roland Berger a mené l’enquête avec l’Ile-de-France pour zone d’étude et 2 échelles de temps à 3 et 15 ans.
Premier enseignement, le coût pour l’usager serait équivalent ou inférieur à la possession d’une voiture privée. Compte-tenu du modèle économique actuel des transports en commun qui fait supporter l’essentiel de ses charges aux pouvoirs publics et collectivités locales, le déploiement de robots-taxis et de minibus autonomes électriques serait en revanche plus coûteux que ces derniers pour l’usager.

Quels avantages ?

Après une analyse des circulations et des offres de transports collectifs dans 3 environnements – Paris intramuros, Petite couronne, Grande couronne – il ressort que le gain en termes de congestion serait perceptible uniquement en Petite et Grande couronne.
Dans les 3 environnements, l’étude montre en revanche une diminution du parc automobile privatif, une meilleure efficacité de la dépense publique et des avantages significatifs en matière de stationnement. Autre atout : une diminution de 43 à 50 % des émissions de particules et d’oxydes d’azote (Nox).

Prérequis

Pour soutenir un tel déploiement, Roland Berger identifie plusieurs prérequis sociaux, réglementaires et en termes de régulation. Tous sont susceptibles d’alimenter la réflexion ou d’impacter la logistique urbaine.
Le premier est social avec la gestion des personnels affectés aux services de transports collectifs actuels : taxis, bus, VTC… Le deuxième renvoie aux règles de partage de l’espace et de la voirie.
L’emploi massif de robots-taxis et de minibus autonomes électriques soulève enfin des questions sur la complémentarité, l’interfaçage ou la substitution avec les offres existantes ainsi que sur les modes de contractualisation et de financement.

Du prospectif à la réalité

Ce scénario prospectif prend un sens nouveau à l’heure où l’Etat a dévoilé le 24 avril dernier les lauréats de l’appel à projets « Expérimentation du véhicule routier autonome ».
Déployés dans toute la France d’ici 2022, 16 dossiers ont été sélectionnés pour un montant d’aides de 42 M€ qui pourrait s’élever à 120 M€ en y incluant le soutien des collectivités locales et des entreprises privées. Le champ de cet appel à projets couvre les véhicules autonomes dans le domaine de la mobilité individuelle, partagée et collective, du fret et de la logistique.
Les 16 pilotes seront menés sous l’égide de 2 consortia : le projet Sécurité et accessibilité de la conduite et de la mobilité autonome (SAM) conduit par la plateforme automobile et le projet Expérimentation de navettes autonomes conduit par l’IFSTTAR.
Sur les 16 pilotes, un concerne la logistique et sera mené à Montpellier. Il s’agit de tester 2 droïdes de marque Twinswheel avec le concours de STEF et de La Poste pour livrer des commerces et restaurants de centre-ville. Ce système est déjà testé par des enseignes de la grande distribution dont Franprix du groupe Casino.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 179 - octobre / novembre 2019

Stratégies Logistique n°179 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.