Accueil / Transport /

Le CNR publie un classement des logiciels du transport routier

, par Luc Battais

Le Comité national routier vient de publier une étude sur l’exploitation informatique des données métier par les entreprises de transport routier. L’étude comprend un classement des éditeurs de logiciels ainsi qu’une analyse de l’utilisation des plateformes numériques par les transporteurs… on est loin d’un phénomène de masse.

Depuis des décennies le CNR interroge les entreprises du transport routier afin de scruter leur structure de coûts par métier afin de publier des indices servant de référence dans les transactions d’achat de transport.
En 2018 le questionnaire « historique » a été complété d’une enquête sur l’informatisation des entreprises utilisant des ensembles semi-remorque en transport régional et en longue distance, ainsi que sur la façon dont ces entreprises traitent les données informatiques. Une étude (payante) vient d’être éditée qui contient notamment plusieurs classements des éditeurs de logiciels utilisés par les transporteurs.

Presque tous connectés

Sans surprise, 93 % des transporteurs interrogés déclarent exploiter les données informatiques à leur disposition. Parmi ces transporteurs « connectés », les données les plus exploitées sont la géolocalisation du véhicule, pour 83% d’entre eux et les temps de service pour 80 %. En revanche, certaines fonctions attendent encore d’être plus largement développées, telles la traçabilité des marchandises et le suivi des parcours à vide.
Sur ces deux fonctions une différence notable a été constatée entre les entreprises de transport qui ont aussi une activité logistique et celles qui n’en ont pas. Les premières déclarent à 23,6% assurer la traçabilité des marchandises et sont 20,6% à « suivre » les parcours à vides de leurs véhicules, quand les transporteurs sans activité logistique sont seulement 15,3% à proposer de la traçabilité des marchandises et seulement 9,4% à suivre les parcours à vide.
Globalement l’exploitation des données informatiques « métier », c’est-à-dire hors les logiciels de comptabilité ou de paye présents dans toute entreprise, passe généralement par une solution de gestion intégrée (ERP, TMS, etc.). C’est le cas de 73 % des entreprises qui exploitent des données informatiques. Autre aspect, dans 66 % des cas ces fonctions sont actives en temps réel.

Quels sont les logiciels adoptés ?

Cette question posée pour chacune des 11 fonctions « métier » (1) révèle une atomisation du marché des éditeurs de solutions et elle a permis au CNR d’établir plusiuers classements des éditeurs par ordre de citation par les transporteurs pour chaque fonction.Transics arrive souvent premier, par exemple pour la géolocalisation des véhicules, le suivi du kilométrage et le suivi des parcours à vide.
Le CNR cite également Trimble comme leader du suivi de la consommation des véhicules et du suivi des temps de service, ITEM, est premier pour le calcul des émissions de CO2 et la gestion des plannings conducteurs, tandis que Xyric viendrait, en tête de classement pour la traçabilité des marchandises.
Le calcul des itinéraires est le plus souvent réalisé au moyen de solutions gratuites disponibles sur internet, mais PTV apparaît, toujours selon le CNR, comme leader des solutions payantes. Dans le même esprit, le calcul des prix de revient est réalisé via des logiciels de bureautiques ou des développements maison dans la moitié des cas. L’éditeur Acalc se détache ensuite avec « une part de marché de 23 % », taux le plus élevé parmi toutes les fonctions analysées.

Bourse de fret ou marketplace ?

L’analyse de la place sur le marché de ce que le le CNR appelle les « marketplaces internet » ne prend que quelques lignes. Si une part significative (13%) du chiffre d’affaires des transporteurs routiers utilisant des ensembles articulés est réalisée grâce à des transactions sur Internet, ce sont les bourses de fret historiques qui sont privilégiées.
B2PWEB vient en tête avec 89,9% de citations, suivi de Teleroute 21,7% et de Timocom 2,7%. Ces sites qui tendent à se rapprocher du fonctionnement de certaines marketplaces plus récentes sur le marché ont longtemps été des sites d’offres de transport sur lesquels les chargeurs pouvaient faire leur marché, sans pouvoir déposer de demande de transport ; 94 % des transporteurs routiers y ont recours pour trouver des lots.
En revanche seuls 4 % des transporteurs interrogés ont recours aux nouvelles plateformes numériques. Le CNR cite notamment Chronotrucks, Everoad et Fretlink.

(1) Etude sur 11 fonctions informatisés du transport routier : géolocalisation des véhicules, calcul des itinéraires, suivi des parcours à vide, suivi du kilométrage du véhicule, suivi de la vitesse du véhicule, suivi de la consommation du véhicule, calcul des émissions de CO2, planning des conducteurs, suivi des temps de service, calcul du prix de revient, traçabilité des marchandises


Voir en ligne : http://www.cnr.fr/

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 176 - Avril / Mai 2019

Stratégies Logistique n°176 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.