Accueil / Supply chain management /

L’Europe doit-elle se doter d’une stratégie logistique ?

, par Erick Demangeon

Pour les candidats aux élections européennes, une stratégie logistique à l’échelle de l’Union aurait pour mission de protéger et de soutenir les intérêts économiques et environnementaux de l’Europe ainsi que sa compétitivité. Comme à chaque élection majeure, l’association TDIE a tenté de faire préciser aux listes en compétition leur vision en matière de transport et de logistique

A chaque élection majeure, TDIE essaie de faire préciser aux listes en compétition leur vision en matière de transport et de logistique. Dans le cadre du prochain vote européen le 26 mai en France, le think tank a transmis un questionnaire auprès des 34 candidats suivi d’un débat organisé le 14 mai à Paris.

Deux questions ciblaient plus particulièrement la logistique dont la première s’accompagnait du constat suivant : « certains Etats ont fait le choix d’investir dans la chaîne logistique au service d’une politique industrielle et commerciale ainsi que de développement du territoire. La Chine a fait des routes de la soie un projet géostratégique majeur. L’union européenne n’a pas de stratégie logistique coordonnée et mise toujours sur le report modal notamment par la construction de nouvelles infrastructures du RTE-T ».

Sur la base de ce constat, TDIE a interpellé les listes candidates en leur demandant si l’Union européenne doit se doter ou pas d’une stratégie logistique et, si oui, quels en seraient ses principaux axes ?

Soutenir et défendre

A partir des 10 réponses retournées au questionnaire transmis [1], TDIE qu’une majorité se prononce en faveur d’une stratégie logistique à l’échelle de l’Europe mais « des divergences apparaissent sur son échelle » constate TDIE.
Certaines listes la conçoivent pour le marché intérieur (DLF, EELV, G.s,) complétée, pour d’autres, par une ouverture extra-communautaire « mesurée » aux initiatives internationales (LR, PR, Renaissance) comme les routes de la soie chinoises
Le contenu des réponses montre qu’une stratégie logistique européenne aurait pour fonction principale de protéger et soutenir la compétitivité et les intérêts économiques, industriels et commerciaux de l’Union voire son « pavillon » et ses modèles sociaux dans les différents modes.
Sauf mesures de réciprocité, elle viserait aussi à limiter la prise de participation ou l’acquisition d’infrastructures stratégiques comme dans les ports ou le ferroviaire.

Enjeux environnementaux

La baisse des émissions polluantes associée à une diminution de la dépendance extérieure serait une autre de ses fonctions en favorisant les circuits courts à l’échelle des Etats membres et du marché commun.
Dans cet esprit défendu en particulier par les listes PCF et EELV, le soutien au report modal en faveur de modes peu émetteurs comme le fer, la voie d’eau et les schémas multimodaux fait consensus sans tenir compte, toutefois, de la transition énergétique actuellement en cours dans le transport routier.
Ce report modal serait soutenu par des investissements massifs dans les capacités et l’offre d’infrastructures de transport.
Cette logique autour de circuits courts à l’échelle des Etats membres et du marché commun aurait aussi pour intérêt de promouvoir les économies circulaires et les chaînes de recyclage.

Approches en logistique urbaine

Avec la même interpellation sur le rôle et l’action de l’Europe en matière de logistique urbaine cette fois, la deuxième question « logistique » a fait l’objet de réponses moins détaillées. Si la majorité estime qu’une stratégie européenne aurait du sens en la matière, peu de listes précisent quel en serait son contenu à l’exception de celles du PCF et du RN. Pour la liste communiste « la logistique urbaine doit être régulée et ne peut être laissée à la seule main du marché ».
Elle défend dès lors la mise à disposition aux Etats membres de moyens et capacités pour investir dans ce domaine afin, par exemple, de créer des espaces logistiques urbains et favoriser les modes ainsi que les technologies les moins polluantes, routières incluses.
Quant au Rassemblement national, il rappelle les enjeux économiques et environnementaux des futures logistiques urbaines « alliant rentabilité pour les opérateurs logistiques » et « atteinte des objectifs environnementaux pour les chargeurs ».


[1Debout la France (DLF), Envie d’Europe (PS-Place publique-Nouvelle donne), Europe écologie les verts (EELV), France insoumise (LFI), Lutte ouvrière (LO), Parti communiste français (PCF), Printemps européen-Génération.s (G.s), Rassemblement national (RN), Renaissance, Les Républicains (LR)

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 176 - Avril / Mai 2019

Stratégies Logistique n°176 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.