Accueil / Entreprise /

France Logistique 2025 : les objectifs « numériques »

, par La rédaction

La Stratégie nationale « France Logistique 2025 » avance. Un nouveau document cadre, récemment publié, présente les 58 objectifs et les 248 actions que l’Etat entend mettre en œuvre pour « faire de la France un pays leader dans ce domaine ». Pour le Ministère chargé des transports, « il doit constituer une base à partir de laquelle une dynamique collective est proposée aux acteurs concernés par les enjeux de la logistique ». Dans cette optique, Stratégies Logistique détaille, quasi in extenso, les objectifs affichés et les actions proposées, thématique par thématique.

Premier objectif affiché : « consolider le leadership des sociétés françaises dans le domaine de la gestion des informations logistiques ». Le Ministère veut ainsi inciter les acteurs actuels et les nouveaux entrants à se coordonner au sein de groupements professionnels. Ceci permettrait de mieux valoriser le savoir-faire des sociétés françaises exploitant des outils de gestion de la logistique performants qui améliorent le pilotage et la traçabilité des flux, tels que les « cargo community system » (AP+, CIN, RFID…). Le Ministère veut aussi s’assurer de la mise en place d’une base de données unique et d’un accès ouvert à toutes les catégories professionnelles à l’outil « cargo community system » portuaire afin d’améliorer la compétitivité des ports français. Il est en parallèle proposé de favoriser l’analyse de données massives (« big data ») issues de la préparation de commande et de la livraison pour pouvoir mesurer la performance de la logistique française. Autre action figurant dans le document cadre : la poursuite de la dématérialisation des procédures réglementaires et administratives, en particulier dans le cadre du guichet unique portuaire. Le Ministère voudrait aussi lancer des initiatives innovantes visant le pilotage et la mesure du passage logistique des flux dans les ports et aéroports (réduction des coûts et des délais) mais aussi équiper les conteneurs de technologies numériques permettant de collecter en temps réel des informations sur le conteneur (position géographique, variations de température, taux d’humidité, chocs…).
« Devenir leader européen des technologies clés de collecte, de transport et de traitement des informations de la logistique étendue » : c’est aussi un objectif affiché par le Ministère. Dans ce cadre, il est proposé d’accélérer le développement de la recherche relative aux technologies « de collecte, d’acheminement, d’hébergement équitable, de traitement neutre des informations de logistique étendue ». Autre action envisagée : accélérer les expérimentations en matière de logistique étendue dans le cadre de l’Industrie 4.0, offrir un cadre de recherche et d’expérimentation aux acteurs Étatiques et économiques et enfin s’appuyer sur les travaux de la commission de normalisation AFNOR « big data ».
Outre ces évolutions, il est toutefois proposé de préserver les intérêts de l’Etat, des entreprises et des citoyens utilisateurs de la logistique étendue. Le document cadre propose ainsi de créer un centre de compétence mixte « traçabilité des biens et personnes ». Le Ministère veut aussi créer un centre d’expertise pluridisciplinaire mixte sur la thématique de la souveraineté numérique et mettre en place un centre de recherche chargé « d’imaginer, tester, éprouver puis promouvoir des architectures numériques adaptées aux besoins de souveraineté de l’Etat, des entreprises et des individus ». Le document propose aussi d’étendre le statut d’« opérateur d’importance vitale du transport » au secteur de la logistique étendue et de mettre en place d’un observatoire de l’impact de la mise à disposition des données logistiques. Les groupes de travail ont aussi proposé de mobiliser les associations et de faire émerger une plate-forme d’émergence d’idées d’usages socialement responsables et des technologies les rendant efficaces. Enfin, il s’agira de développer, sur le modèle « French’Tech », un label et un accompagnement pour les solutions mettant en oeuvre un modèle d’usage social et environnemental.
Le Ministère veut aussi inscrire la logistique comme un domaine clé des politiques de développement du numérique dans le cadre du programme « Transition Numérique ». Pour cela, il s’agira en premier lieu d’encourager les initiatives qui visent à sensibiliser les entreprises à la planification et la gestion de la chaîne logistique, l’emploi de solutions numériques adossées à des méthodes de gestion des opérations logistiques (S&OP, DDMRP, etc.), d’identification automatique, de sécurisation des flux d’informations entre l’entreprise et ses clients, d’interopérabilité des échanges de données avec les fournisseurs, les sous-traitants et les prestataires, l’automatisation des entrepôts… Le Ministère étendra le programme « transition numérique », par exemple, en favorisant l’adhésion des structures professionnelles spécialisées dans le numérique des chaînes logistiques. Il est aussi prévu de concevoir une offre de services pour les entreprises adhérentes des pôles et des clusters en France, afin de les guider pas à pas sur le chemin de la maturité logistique par le numérique. Pour cela, la filière s’appuiera sur les pôles de compétitivité logistiques pour mener le travail de conception.
« Faire de la France un pays leader en Europe en infrastructures numériques pour le commerce et la logistique à l’international », c’est un des objectifs identifié par le groupe de travail. Pour cela, il est prévu d’encourager les PME françaises à adopter des protocoles d’échanges (interopérables) de données standardisés concernant l’information sur les marchandises avec leurs partenaires commerciaux étrangers. Le Ministère veut aussi inciter les PME à participer à des expérimentations d’échanges d’informations de traçabilité des conteneurs maritimes. Enfin, il s’agira d’encourager les initiatives qui concourent à la convergence des interfaces homme-machine dans les entreprises, en vue de renforcer l’employabilité des opérateurs des systèmes d’informations logistiques, des outils mécanisés, automatisés et robotisés pour la logistique, par exemple par un appel à projets international.

Conférence nationale sur la logistique – Document-cadre pour une Stratégie nationale « France logistique 2025 » - Janvier 2017

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 165 - Juin / Juillet 2017

Stratégies Logistique n°165 est paru.

Hors-série n°13 - Value Chain Software

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Value Chain Software, qui s’est tenu à Paris - La Défense le 15 juin 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°12 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris - La Défense le 25 avril 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.