Accueil / Environnement /

Edouard Philippe fusionne les ports du Havre, de Rouen et de Paris

, par Stratégies Logistique

A l’occasion du Cimer (Comité interministériel de la mer) réuni à Dunkerque, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la création d’un établissement unique pour les trois principaux ports de l’axe Seine pour 2021. Et a demandé une vraie stratégie portuaire nationale.

Aujourd’hui les trois ports sont liés dans le GIE Haropa (groupement d’intérêt économique) au sein d’un établissement public. La fusion devrait renforcer de l’intégration des ports de l’axe Méditerranée Rhône et du système portuaire de l’axe Nord.

"Il y a un an, j’avais décrit des difficultés qui pèsent sur le modèle économique des grands ports et j’avais appelé à des réformes pour rendre ce modèle économique plus robuste", a-t-il expliqué, renvoyant à ses demandes pour renforcer les systèmes portuaires de l’axe Nord, de l’axe Seine et de l’axe Méditerranée-Rhône-Saône.

Les ports de l’axe Rhône-Méditerranée (Marseille, Sète, Toulon, Port-la-Nouvelle, Nice et Port-Vendres) seront réunis au cours de l’année prochaine, Lyon rejoindra la structure un peu plus tard. Pour les ports de l’axe Nord, le Premier ministre a souligné qu’il est "celui où la coopération entre les ports est la plus nécessaire et la plus perfectible. "

Modèle économique

S’agissant de la question du modèle économique des ports, l’objectif est que "nous puissions faire passer les grands ports maritimes d’un modèle de ports aménageurs, à un modèle de ports entrepreneurs, qui sont plus tournés vers la préoccupation de conquérir toujours plus de trafic, que vers celle de toujours mieux gérer leur domaine", a souligné le Premier ministre, admettant de côté caricatural de son propos.

Edouard Philippe a ensuite appelé à "une véritable stratégie nationale portuaire, dans les six mois qui viennent, pour faire en sorte que les grands ports maritimes, l’ensemble des acteurs portuaires, mais aussi l’ensemble des acteurs qui concourent au développement des grands ports maritimes puissent être consultés et associés à la définition d’une stratégie nationale portuaire."

Investissement et fiscalité

Cette stratégie devra permettre "d’orienter les politiques d’investissement dans la compétition avec les grands ports du nord de l’Europe", ces derniers étant "redoutablement bien organisés et capables de jouer de l’ensemble de la gamme des instruments publics dans les pays où ils sont situés."

Parmi ses propositions, stabiliser le régime fiscal : "La loi Pacte permettra aux grands ports maritimes, et aux ports autonomes, de travailler leur bilan comptable afin de bien prendre en compte les conséquences de leur soumission à l’impôt sur les sociétés". Début 2019, la doctrine fiscale précisera les biens soumis à la taxe foncière.

Et aussi investir : "L’État a vocation progressivement à compenser intégralement les charges de dragage et à compenser l’ensemble des charges dites régaliennes (pour les dépenses de police, capitaineries, sûreté, sécurité, et pour les dépenses liées à la gestion des réserves naturelles), sans dépasser un taux global de couverture de 75 %."

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 173 - Octobre / Novembre 2018

Stratégies Logistique n°173 est paru.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°16 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 12 décembre 2017, et découvrez les candidats en lice pour le Prix de l’innovation durable 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.