Accueil / Entreprise /

Dunkerque, Marseille et HAROPA regagnent des parts de marché

, par Stratégies Logistique

Avec des croissances à 2 chiffres de leur activité conteneurisée, Dunkerque, Marseille et HAROPA se distinguent en Europe. Face à l’absence de céréales à l’exportation, les besoins de la sidérurgie ont souvent pris le relais.

En novembre lors du Comité Interministériel de la Mer à Brest puis des Assises de l’économie de la mer au Havre, Edouard Philippe a précisé les priorités de la politique portuaire française. Autour d’une approche renforcée par façade dont la forme sera précisée cet été par des rapports commandés aux préfets maritimes et de région concernés, le Premier ministre s’est prononcé pour le maintien de seulement 3 ports ou structures portuaires dans le giron de l’Etat : l’ensemble Le Havre - Rouen - Paris autour du GIE HAROPA Ports de Paris Seine Normandie, Marseille/Fos et Dunkerque. Avec la présentation des résultats du port phocéen le 23 janvier, les trafics 2017 de ces trois places portuaires sont désormais connus.

Retour des conteneurs

Avec des records à la clé, chacune enregistre une croissance soutenue de leurs flux conteneurisés supérieure à la progression moyenne observée en Europe de l’ordre de 5 %. Selon les présentations faites, elles ont soit gagné des parts de marché, soit reconquis des trafics perdus lors des années précédentes. Pour la première fois de son histoire, HAROPA a ainsi traité 3 M EVP (+ 14 %) : deux tiers en trafic d’hinterland (+ 7 %) et un tiers en transbordement (+ 39 %). En hausse pour la 6e année consécutive, Marseille/Fos frôle la barre des 1,4 M EVP (+ 10 %). " 95 % correspondent à des trafics d’hinterland ", précise Christine Cabau Woehrel, présidente du directoire du GPMM. Plus modeste avec 374 000 EVP, les conteneurs recensés à Dunkerque affichent eux-aussi une augmentation de 10 % et un nouveau record. Ce développement aurait pu être supérieur sans la tempête Matthew puis l’ouragan Maria qui ont limité les arrivages de bananes depuis les Antilles françaises.

HAROPA tire son épingle du jeu

Un autre point commun aux trois places et ensembles portuaires est la chute des céréales à l’exportation suite à la mauvaise campagne 2016 - 2017. Elle a particulièrement affecté les vracs solides de HAROPA, de Rouen en particulier, tandis que ceux de Dunkerque et Marseille se sont maintenus grâce au dynamisme de leur industrie sidérurgique grande consommatrice de minerais.
Au final, Marseille/Fos termine 2017 sur un volume stable à hauteur de 81 millions de tonnes (Mt) ; la hausse des flux hors hydrocarbures compensant la chute des produits pétroliers selon la répartition suivante : diverses + 11 % (20,4 Mt), liquides - 5 % (46,5 Mt) et solides + 5 % (13,6 Mt).
En hausse de 6 %, le trafic des ports du GIE HAROPA Ports de Paris Seine Normandie s’établit à 92,6 Mt et se ventile comme suit : diverses + 15 % (31,8 Mt), liquides + 5% (49,7 Mt), solides - 4 % (11,3 Mt).
A Dunkerque, la performance des conteneurs n’a pas suffi à contenir l’érosion de l’activité transmanche au profit de Calais. Le port nordiste franchit néanmoins le cap des 50 Mt (+ 3 %) : diverses - 9 % (20,5 Mt), liquides + 4 % (5,15 Mt), solides + 11 % (24,5 Mt).

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 169 - Février / Mars 2018

Stratégies Logistique n°169 est paru.

Hors-série n°16 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 12 décembre 2017, et découvrez les candidats en lice pour le Prix de l’innovation durable 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°15 - Value Chain Parts

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Value Chain Parts, qui s’est tenu à Toulouse le 22 novembre 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.