Accueil / Le magazine /

Stratégies Logistique n° 171

Des nouvelles du fret ?

, par Luc Battais

Voir un extrait | Acheter ce numéro | Voir le sommaire

Le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire, adopté par l’Assemblée nationale le 17 avril et soumis au vote du Sénat le 5 juin, marque le point d’orgue d’un processus d’ouverture à la concurrence enclenché en 1991 par la publication de la directive CE-91-440.

L’objectif était « d’améliorer l’efficacité du réseau des chemins de fer, afin de l’intégrer dans un marché compétitif ». Dans une Communauté européenne où les compagnies ferroviaires étaient des monopoles d’État, le texte imposait la séparation de la gestion de l’infrastructure de celle de son exploitation. En France, la question du portage de la dette liée aux investissements dans le TGV venait de naître.

Depuis lors, l’Union européenne a publié quatre groupes de textes, les paquets ferroviaires, qui ont rythmé la marche vers la libéralisation totale. Le pacte ferroviaire, en passe de libéraliser le transport de voyageurs sur le territoire national à horizon 2020, fait figure d’étape ultime. D’autres ont déjà été franchies, libéralisant tour à tour le transport international de marchandises, puis de voyageurs. Le second groupe de textes, adopté en 2004, a ouvert à la concurrence le transport de fret sur le réseau national à partir de mars 2006, il y a douze ans.

En à peine quelques lignes, le rapport remis au Premier ministre le 15 février dernier par Jean-Cyril Spinetta en préparation de la loi en cours d’adoption dresse un bilan catastrophique de cette libéralisation. En France, ceux que l’on appelait en 2006 les « nouveaux entrants » ont pris une part de marché de 40 %. Mais la part modale du transport ferroviaire de marchandises a poursuivi sa marche à l’abîme. Aujourd’hui, tous les opérateurs perdent de l’argent, y compris les filiales de la SNCF. Quant à Fret SNCF, département de l’entreprise publique, « recapitalisé », recentré sur un plan de transport restreint après l’arrêt du wagon isolé, il n’a pas cessé de perdre beaucoup d’argent.

« La réforme sauvera peut-être la SNCF, mais ni la réforme ni la libéralisation n’ont pour l’instant sauvé le fret ferroviaire. »

Cette activité concurrentielle subventionnée avant la libéralisation, n’a pas su, ou pas pu, trouver un modèle économique rentable après un marché ouvert. La question restera de savoir si le fret ferroviaire aurait eu un avenir meilleur s’il avait été libéralisé plus tôt. Mais une chose paraît certaine aujourd’hui, l’économie a changé. Pour l’essentiel, elle se passe du train, et l’idée que le rail-route sauverait le fret ferroviaire est désormais considérée comme une imposture politique.

La situation du transport ferroviaire de voyageurs est fondamentalement différente de celle du fret sur bien des points. Mais faute de réforme, le risque était le même pour les cheminots d’avoir un jour à regarder passer les trains... des nouveaux entrants.

Acheter ce numéro

N°171- expédition France

N°171- expédition internationale

Feuilletez un extrait de ce numéro :

Sommaire

DECOUVRIR

  • 3 Edito
  • 8 Développement durable
  • 10 En mouvement
    Rémi Lequette, nouveau président de Fapics
  • 11 Économie
  • 12 Entreprise
    Transport au moyen d’utilitaires légers, vers une nouvelle régulation
    Hopi rejoint le réseau Seafoodways
  • 19 Infrastructures
    Bientôt une logistique souterraine pour la Suisse ?
  • 20 Site du mois
    Carrefour, une plateforme nouvelle génération pour la préparation de commandes des drives

PARTAGER-COMPRENDRE

  • 24 Transport
    Herta adapte sa distribution aux enjeux environnementaux
  • 26 Reportage
    Evernex, une supply-chain au service des serveurs
  • 30 Maritime
    Le pilotage du service maritime surfe sur la vague digitale
  • 36 Tendance
    TMS, un marché tiré par les applications chargeurs

APPROFONDIR

  • 44 Chariots
    le marché du chariot de manutention est en pleine forme et confirme les espoirs placés en lui depuis trois ans. les ventes et la technologie progressent très vite quel que soit le segment. Mais l’électrique, en pleine révolution li-ion, et les chariots autonomes, qui se démocratisent, offrent certainement les plus belles perspectives à moyen terme.

ACHETER

  • 63 Préparation des commandes
  • 74 Index des sociétés

Sur le même sujet

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 171 - Juin / Juillet 2018

Stratégies Logistique n°171 est paru.

Hors-série n°16 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 12 décembre 2017, et découvrez les candidats en lice pour le Prix de l’innovation durable 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°15 - Value Chain Parts

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Value Chain Parts, qui s’est tenu à Toulouse le 22 novembre 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.