Accueil / Environnement /

Afilog publie une typologie des espaces logistiques urbains

, par Luc Battais

Afilog a présenté le 24 novembre à Paris sa "typologie des espaces logistiques urbains" qui complète le livre blanc paru en 2012. La vocation du document est de poser les fondements d’un référentiel, qui sera progressivement enrichi, à destination des acteurs publics ou privés de la logistique urbaine.

Stratégies Logistique : Après un livre blanc de la logistique urbaine paru en janvier 2012 Afilog vient de publier une typologie des espaces logistiques urbains. Pourquoi cette seconde publication aujourd’hui ?

Diana Diziain :
A la lecture, en commission, de notre Livre Blanc de 2011 nous sommes dit que son contenu était encore d’actualité et qu’il n’était pas nécessaire d’y changer grandchose sauf à y ajouter un plus grand nombre de préconisations techniques (gabarits, hauteurs sous plafond, caractéristiques des accès, énergie des véhicules etc.) de façon à réaliser un saut qualitatif en matière de préconisations et de technicité. Ce qui nous manquait aussi c’est une capitalisation sur ce qui a pu se faire ou se penser en matière d’espaces logistiques urbains ces dernières années. Nous avons souhaité compléter le livre blanc sur ce point.
Après des années d’études d’opportunité ou de faisabilité, on voit sortir de terre des projets logistiques, sous des formats immobiliers divers. Et l’on a l’impression qu’ils sont tous particuliers, spécifiques aux besoins du client-utilisateur. A partir de ce bouquet d’exemples nous avons essayé de voir quelle segmentation serait de nature à améliorer la visibilité de chaque niveau, de chaque maillon de cette logistique spécifique en allant jusqu’au plus fin.
On a beaucoup parlé d’espaces de quelques centaines de m2 qui ont fini par cristalliser, voire phagocyter, l’image des espaces logistiques urbains (ELU) alors qu’il existe des espaces de quelques dizaines de m2 et de véritables zones logistique comme Rungis ou Garonor qui sont aussi des espaces logistiques urbains.

Nous avions également besoin d’introduire un peu plus de méthode dans l’analyse et de définir un vrai périmètre aux ELU : pour nous, celui-ci commence du lieu où les flux nationaux et internationaux sont « cassés » pour devenir des flux urbains et régionaux.
Cela nous a permis de dire plus clairement ce que doivent être techniquement les points d’articulation entre la logistique des grands entrepôts et la logistique de distribution des zones urbaines. En raisonnant ainsi on en arrive assez vite à décrire des bâtiments qui sont des quais de messagerie, qui est la « mère de la logistique urbaine ».
Mais on voit émerger des formats immobiliers autres que les messageries. De plus, dans certains bâtiments et e-commerce aidant, il se passe des opérations logistiques de plus en plus sophistiquées de type post-manufacturing, SAV, gestion des retours etc.

S.L. :A qui s’adresse cette typologie et pour quoi faire ?

D.D. : Ce document a vocation à être diffusé largement. Il a été élaboré par la commission distribution urbaine d’Afilog et il est en premier lieu destiné à nos membres. La typologie a aussi vocation à être mobilisée partout où les questions de logistique urbaine sont traitées, comme un référentiel capable de définir une réalité logistique devenue plus complexe, plus segmentée. C’est aussi une prise de position d’Afilog disant « voici selon nous comment et pourquoi ces sites doivent être conçus ». Bien entendu nous nous adressons aussi aux collectivités territoriales et aux aménageurs publics et privés.

S.L. : Vous avez intégré dans votre recensement plusieurs exemples de sites trouvés à l’étranger, pourquoi ?

D.D. : Nous pensons que cette typologie peut rendre compte des réalités hors France, même si les structures urbaines, les marchés du transport et de l’immobilier peuvent être très différents d’un pays, d’une ville à l’autre. Il faut dire aussi qu’il n’y a pas tant que cela d’exemples d’espaces logistiques urbains en France où tout n’a pas encore été dit en termes d’architecture de conception, de programmation des sites.
Nous ne pouvions pas nous contenter de recycler tout ce qui a pu être dit sur le sujet depuis 20 ans. Il y avait aussi un énorme déficit de mise en image de la logistique et nous avons souhaité montrer qu’il est possible de créer des sites logistiques en ville participant à une mise en scène urbanistique digne du 21ème siècle. Nous souhaitons également faire vivre cette typologie comme un centre de ressource disponible en ligne qui sera enrichi progressivement de nouvelles fiches sur des bâtiments et des sites.

Les travaux qui ont permis d’établir la typologie des espaces logistiques urbain d’Afilog ont été menés par l’IFSTTAR (1) sous la direction de Laetitia Dablanc directrice de recherche.

Stratégies Logistique : quelle approche méthodologique a imposé l’établissement de cette typologie des ELU ?, vous avez choisi des exemples dans de nombreuses villes, quels critères ont permis de fixer ces choix ?

Laetitia Dablanc : On s’est voulus proches de la pratique, pas conceptuels. Nous sommes partis de la pratique, du passé récent, du présent, des projets du futurs proches. Quatre critères de différenciation ont été utilisé : Taille / Implantation / Fonction / Usages. Les frontières ne sont évidemment pas rigides,

JPEG - 170.7 ko
Laetitia Dablanc directrice de recherche Ifsttar - Université Paris Est

certains bâtiments pourraient facilement se retrouver dans deux formats), on a ensuite regardé les caractéristiques générales (coût loyer / construction ...) et quand on le pouvait, les points qui peuvent être améliorés la façon de parvenir à cette amélioration.

Quatre formats in fine :

  • Porte d’entrée de l’agglomération
  • Plateforme urbaine de distribution
  • Espace urbain de distribution
  • Espace urbain de livraison

S.L. : Quelles idées fortes sur l’intérêt de cette typologie vous paraissent émerger de vos enquêtes ?

L.D. : Les retours des promoteurs immobiliers, des investisseurs, ont été les plus féconds. J’ai personnellement entendu ces derniers mois en Europe et aux Etats-Unis les verbatim suivants : "On pourrait commercialiser 20 fois plus de surfaces urbaines qu’on ne peut le faire aujourd’hui" ; "On se pose la question de la logistique urbaine - il y a deux ans je ne voyais pas cela comme un marché, maintenant je réponds à des appels à proposition des grandes villes comme Paris" ou encore "Depuis que Prologis se met à construire en ville, des bâtiments à trois ou quatre étages, c’est sûr qu’on s’interroge, doit-on faire la même chose ? On regarde de près".
Du côté des utilisateurs de bâtiments logistiques,l’enquête (prestataires logistiques, messagers, e-commerçants, etc.) l’enquête s’est révélée très difficile. La question était : dans les deux à 5 ans à venir, aurez-vous besoin d’emplacements plus urbains ? Si oui, quel loyer êtes vous prêts à y mettre ? Quelles surfaces ? Les informations en la matière sont peu partagées, certains parfois ne savent tout simplement pas tant la période est pleine de changements.

(1) Institut français des sciences et technologies des transports ,de l’aménagement et des réseaux.


Voir en ligne : La typologie des espaces logistiques urbains

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 167 - Octobre/Novembre 2017

Stratégies Logistique n°167 est paru.

Hors-série n°16 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui se tiendra à Paris-La Défense le 12 décembre 2017, et découvrez les candidats en lice pour le Prix de l’innovation durable 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°15 - Value Chain Parts

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Value Chain Parts, qui s’est tenu à Toulouse le 22 novembre 2017.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.